Projet

GREEN

Description du projet
Le vrai but de ce projet est de parvenir à résoudre le problème de mévente, en soutenant une meilleure visibilité de la demande de marché et des prix ; fournir un accès l’information et aux services consultatifs et météorologiques ; ouvrir de nouvelles opportunités comme le crédit et l’assurance.
Problème identifié
Le problème En Afrique sub-saharienne on observe un problème de mévente des matières premières agricoles, c’est-à-dire la grande majorité des producteurs (petits ou grands producteurs), n’arrivent pas à écouler la totalité de leurs produits après récolte, ce qui entraînent fréquemment des dettes.
Conséquences du problème
Faible rentabilité des producteurs • On constate, une grande majorité des pertes qui se produisent entre la récolte et le point de vente. • Cette perte alimentaire s’estime à plus de 4 milliards de dollars par an en Afrique subsaharienne selon la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture), ce qui représente une somme gigantesque perdue pour les différents gouvernements qui sont sous-développés.
Clients visés
Sur ce point en première lieu ce sont les producteurs en majeur partie les petits exploitants qui perdent le plus car ils sont au front, et ce problème prend de plus en plus d’ampleur chez les grands producteurs au cas où le prix de vente est considérablement en baisse sur le marché. On estime que les 2/3 des producteurs ont de faible retour sur investissement. Tout cela affecte en général l’économie négativement chaque année.
Solutions alternatives existantes
Afin d’éviter la perte totale de leur produit, la majeure partie des grands producteurs préfèrent plutôt vendre leur produit plutôt sur les marchés des pays voisins mais avec des charges comme les droits de douane qui leur reviennent assez cher, ensuite revient la question de comment pouvoir écoulés les produits sur un marché étranger, dont les locaux vendent aussi le même produit ; ils sont obligés de vendre en fonction des tarifs imposés. En ce qui concerne les petits exploitants, par faut demoyen ils restent sur le marché local et essayer de négocier comme chacun le peut son prix avec le client pour ne pas voir ses produits. Avec l’apparition des portefeuilles électroniques tels que Flooz et T-money et autres; les producteurs préfèrent vendre leur produit et se faire payer par la suite du moins qu’ils arrivent à trouver un client. Dans certaines communauté les petits producteurs forment des coopératives pour rassembler toutes les récoltes et afin de les vendre pour les programmes PNUDd’aide de l’état pour les agriculteur
Votre solution et innovation
Aujourd’hui la transformation du secteur agricole et de son économie, dans les pays développés est facilitée par des innovations technologiques et des solutions mobiles abordables. Et d’ailleurs cela pourra résoudre la grande question de la mévente des matières premières agricoles. • Notamment par la création d’une plateforme numérique agricole qui proposerai de différents services tels que par exemple, données les informations sur les nouvelles opportunités qui sont sur le marché, et aussi qui permettrai au producteur d’avoir les informations sur les acheteurs, les entreprises de transformations et sur le prix des produits qui seront fixés par notre centre en fonction du prix sur le marché, pour permettre d’offrir de meilleurs prix en commercialisant les produits de manière plus large en faveur des producteurs (comme dans une bourse). A chaque temps que le prix des produits subit des modifications ; les différents abonnés à la plateforme recevront des notifications ou SMS. Tout ceci sera aussi disponible par le biais d’un service consultatif peu couteux, qui serait facile d’accès et adéquat dirigés par toute une équipe d’agronome qui peuvent aider les agriculteurs en ce qui concerne les différentes méthodes de conservations durables des produits ou à choisir un mélange approprié d’engrais ou de produits chimiques. Voir même les données précises météorologiques (par des collaborations avec les stations météorologiques locales) afin d’éviter les pertes causées par le changement climatique. Ainsi nous pourrons avoir accès peu à peu aux besoins et les préférences des agriculteurs, qui vont nous permettre de comprendre les besoins et les contraintes. Une plateforme numérique agricole pour transformer le secteur agricole est tout à fait la bienvenue. Mais n’oublions pas que la grande majorité de agriculteurssont analphabètes, ce sera un défi qui demandera beaucoup plus d’efficacités et de précision dans sa conception pour qu’il soit approprié aux agriculteurs ; en grosso modo faire tout pour éliminer les erreurs d’accès aux d’utilisateurs. • Les opérateurs économiques offrent déjà des services de paiement électrique qui sont assez efficaces. Une entre collaboration la plateforme et ces opérateurs économiques, pourra permettre de plus se développer et d’offrir encore plus de service comme des accès au prêt et à l’assurance aux agriculteurs surtout pour les petits exploitants. Avec nos données numériques de ventes, agronomiques et économiques sur chaque producteur peuvent aider les opérateurs à établir un algorithme de notation de crédit et d’accord de prêt et de déterminer la capacité à rembourser de chaque agriculteur.

Promoteur : DOSSOU-YOVO Akuété Kenneth
Programme d'accompagnement : Pré-incubation
Etape du projet : Idée


Envoyer une demande d'interêt pour ce projet